Interview: "Le jardinier-maraîcher" author Jean-Martin Fortier

"Le jardinier-maraîcher" by Jean-Martin Fortier On November 7th AgroParisTech will be hosting celebrated author and farmer Eliot Coleman along with Jean-Martin Fortier, author of Le Jardinier-Maraîcher for a conference about organic gardening in small spaces as well as the heritage of market gardeners shared by France, the United States, and Quebec.

In anticipation of what promises to be an insightful and informative event, I asked Jean-Martin to talk to tell Paris Paysanne readers a bit about his background as well as his thoughts on how city dwellers can do their part to help sustain local farms and support the new wave of farmers.

I hope you'll enjoy the following interview, which I've posted in both French (original version) and English (my translations). To learn more about this fascinating subject, be sure to check out the event. Entry is free, but space is limited so come early to grab a spot!

Jean-Martin Fortier on his farm, Jardins de la Grelinette

PP: Pourquoi et pour qui est-ce que tu as écris "Le jardinier-maraîcher"? / For whom and why did you write "Le jardinier-maraîcher" ? 

JMF: L’idée de rédiger ce manuel est motivée principalement par mon désir d’outiller de nouveaux maraîchers biologiques dans leurs démarches pour se lancer en affaires. Par expérience personnelle, je sais que l’un des besoins les plus importants d’un jardinier novice est d’avoir à portée de main un exposé clair sur la façon de procéder à chaque étape de la saison agricole....

*

The idea to write this handbook was primarily motivated by my desire to equip young organic gardeners as they entered into the profession. From my personal experience, I know that one of the most important things a new gardener needs is access to a clear account on how to manage each step of the agricultural seasons... 

*

Je suis convaincu que la personne désireuse de s’établir en maraîchage biologique trouvera dans ce manuel de nombreuses ressources pour l’aider dans son projet. C’est à souhaiter car, finalement, mon espoir est que ce manuel contribue de façon positive à l’essor d’une nouvelle vague de jeunes agriculteurs, inspirés par l’aventure extraordinaire d’avoir une ferme, d’habiter en région et de nourrir les communautés avec des aliments sains.

*

I truly believe that anyone who wants to establish themselves in organic gardening will find numerous resources in this handbook to facilitate their project. That's my wish because, after all, my hope is that this handbook will contribute in a positive way to the rise of a new wave of young farmers, inspired by the extraordinary adventure of having a farm, rural life, and feeding their community with healthy foods. 

Jardins de la Grelinette

PP: Comment est-ce que tu as devenu jardinier-maraicher? / How did you become a market gardener? 
JMF: En 2000, nous avons, ma conjointe et moi, complété nos études universitaires en développement durable l’École de l'environnement de l’université McGill... notre séjour à Montréal, durant nos études de baccalauréat, nous avait mis en contact avec différentes initiatives environnementales fort intéressantes, mais nous sentions tous les deux qu’il nous manquait du concret nous avons donc décidé d'entreprendre un voyage exploratoire et d’aller voir différents projets environnementaux dans l'espoir d’y trouver notre voie professionnelle à travailler dans une petite ferme biologique...
*
 In 2000, my partner and I finished our studies in sustainable development at the environmental school at McGill University...our time in Montréal, during our studies, put us in contact with different and interesting environmental initiatives. But we felt that we were missing something more concrete and decided to pursue different environmental projects with the hopes of having our professional path lead us towards a small organic farm...
Jardins de la Grelinette 1
 Le hasard nous a fait débarquer chez un fermier qui, à Santa Fe, était considéré par bien des gens comme un héros. En effet, il était celui qui apportait les plus beaux légumes dans un des marchés fermiers les plus importants des États-unis. Nous fûmes chanceux, car un lien fondamental nous permit de nous rapprocher rapidement de ce fermier : Richard Bélanger, un Gaspésien d’origine, était exilé au nouveau-Mexique depuis une quinzaine d’années et parler français lui manquait beaucoup. Durant ces mois où nous l’avons côtoyé, il était très ouvert et heureux de partager avec nous sa passion du maraîchage. C’est avec lui, à la ferme de deux hectares qu’il louait, que nous avons appris les rudiments de ce métier qui allait plus tard devenir le nôtre.
*
Fate brought us to a farmer in Santa Fe who is seen by many as a sort of hero. The fact was that he brought the most beautiful vegetables to one of the largest farmers markets in the United States. We were lucky, because a fundamental bond brought us together quickly- Richard Bélanger, who is of French-Canadian origin, had been an exile in New Mexico for 15 years and he desperately missed speaking French. During the time we spent together, he was very open and happy to share his passion for farming. It was with him, on the 2 hectare farm that he rented, that we learned the basics of this trade that would later become our profession. 

Jean-Martin and Maude-Hélène at Jardins de la Grelinette

PP: On vois qu'il y a de moins et moins de maraichers dans les marchés alimentaires à Paris (par exemple, il n'y a aucun vrai "marché fermier" à Paris). Est-ce que c'est la même au Quebec? Quels sont les plus grands défis pour des maraichers de nos jours? / We see that there are less and less farmers at the markets in Paris. Is it the same in Quebec? What are some of the biggest challenges faced by farmers these days? 
JMF: Le grand défi et le GROS problème est qu’il n’existe souvent aucune règlementation pour empêcher le resale dans les marches. Lorsque chacun tenant d’un kiosque peut aller acheter des légumes pour les vendre, cela tue complètement la porté d’un marché fermier. Cela devient comme un supermarché, rien de plus. Au Québec, les deux plus grand marché, Jean Talon et Atwater à Montréal, sont accaparés par des revendeurs et c’est la chasse gardé pour ne pas changer les règlements. Il s’agit de gros sous bien évidement….C’est dommage car en plus de freiner l’essor d’une nouvelle vague d’agriculteur ces “politique” flouent les consommateur qui s’y déplace en espérant encourager des producteurs locaux. Je ne sais pas comment c’est chez vous, mais ici ca pue!
*
The biggest challenge and the HUGE problem is that in general there are no regulations against resale at the markets. When any vendor can go buy vegetables to resell them, that completely kills the spirit of the farmers market. It becomes like a supermarket, nothing more. In Quebec, the two biggest supermarkets, Jean Talon and Atwater in Montréal, are monopolized by wholesellers and make it their mission to avoid any changes in regulations. It's all a question of money, of course...it's a shame because not only does that hold back the growth of a new wave of agriculture, these policies scam the consumer who goes to the market hoping to support local producers. I don't know how it is in Paris, but here it stinks!

Jean-Martin and Maude-Hélène at the market

PP:  Il y a de plus en plus de façons à trouver de produits bio et locaux, comme les AMAP, les marchés alimentaires, et des paniers de légumes. En tant que jardinier-maraîcher est-ce qu'il y a une mode de distribution des légumes aux consommateurs que tu préfères? Pourquoi? / There are more and more ways to get organic and local produce, such as CSAs, farmers markets, and subscriptions to baskets of produce. As a market gardener, is there a mode of distribution that you prefer? Why? 
JMF: Difficile d’y répondre, car chacune des formules présente des avantages et des inconvénients, et chaque ferme peut avoir des besoins différents. Peut-être alors vaut-il mieux miser sur plus d’une formule. Cela dit, L’AMAP est depuis toujours la forme de mise en marché privilégiée aux Jardins de la Grelinette. Je dirais même qu’il serait difficile de fonctionner aussi aisément sans elle. L’AMAP comporte plusieurs avantages qui en font une formule de mise en marché toute désignée pour aider une ferme en démarrage. Mais quelles que soient la ou les formules choisies, l'essentiel est de fidéliser ses clients et de créer un lien d’interdépendance avec eux.
*
It's hard to say, because each of these options provide advantages and disadvantages, and each farm may have different needs. It may be better to participate in more than one program. Having said that, the CSA has always been the preferred direct sale formula at Jardins de la Grelinette. I would even say that we'd have a hard time functioning comfortably without it. The CSA brings several advantages that make it a great point-of-sale system for a farm that is just getting started. But whatever formula you choose, it is essential to create an interdependent link with your farmer. 
pea pocket
Merci beaucoup Jean-Martin d'avoir partagé tes expériences et idées avec nous! A bientôt à Paris!
*
Thanks so much Jean-Martin for taking the time to share your thoughts and experiences! See you soon in Paris!